Mon ami et camarade Ivan Renar nous a quittés.

« Oui, trois fois oui : les arts et la culture portent le souffle
de la liberté et de la tolérance, de l’intelligence et de l’invention! »
Ivan Renar 2016 Tourcoing

Dans les années 60 il fut un jeune secrétaire de la fédération du Nord du PCF, (c’est à cette époque que nous nous sommes connus) et a occupé différentes responsabilités notamment dans le domaine de la Culture. Proche des artistes et de nombreux créateurs, il a toujours mis en pratique la fameuse phrase de Vitez « l’élitisme pour tous ». Je lui dois beaucoup dans ma connaissance de l’action culturelle et avons partagé ensemble de nombreux combats pour faire de la culture et de la création un axe majeur de la politique régionale dans le Nord-Pas de Calais, notamment dans les années 70/80.

Proche de notre mentor Jack Ralite il a mis en œuvre inlassablement sans sectarisme la nécessité fondamentale de politiques communales accompagnant l’état dans la décentralisation culturelle en dotant nos villes de budgets culture conséquents.

On lui doit beaucoup dans la réussite de l’orchestre national de Lille (dont il fut président), dans l’implantation des centres dramatiques, dans le développement des conservatoires, de la pratique muséale, dans la création de « centres d’action culturelle » CAC et dans sa lutte incessante comme parlementaire sur ces questions. Il est à l’origine en 2002 de la création des Etablissements publics de coopération culturelle (EPCC), structure de collaboration entre différentes collectivités et l’Etat avec pour exemple la « Condition publique » à Roubaix ou les écoles d’art du Nord (Tourcoing).

Il restera un des plus grands vice-présidents à la culture du Nord –Pas de Calais. Sénateur pendant 18 ans il a marqué de son empreinte et par ses conseils nombre de militants et d’élus par sa présence active et ses conseils.

Deux souvenirs : en 1977, il me propose comme vice-président de l’office culturel régional et plus récemment je l’accompagne en 2011 sur la liste sénatoriale qu’il conduisait. Une profonde communion de pensée nous unissait.

Il a donné l’art et la méthode à partager comme action politique, qu’il en soit infiniment remercié

Imprimer
Ce contenu a été publié dans Culture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.