Du “Prolétaire” à “l’Humain d’abord”, le PCF a 100 ans.

Le 25 décembre 1920 à 10 h 35 s’ouvrait le congrès de Tours du Parti Socialiste (SFIO) qui allait se prononcer majoritairement pour l’adhésion à la III ème Internationale et par voie de conséquence à la création du Parti Communiste Français (SFIC). Le rôle de grandes fédérations comme le Nord fut déterminant dans l’adhésion : 358 mandats contre 190.

Dans l’agglomération les sections de tradition guesdiste comme Roubaix à 80% ouvrière, influencée par Lebas, se prononcèrent contre. Paradoxalement Tourcoing où une partie des ouvriers se prononçait pour les partis bourgeois plus influents que chez sa voisine, la section plus jeune et révolutionnaire à la formation militante plus récente donnait 100 % à l’adhésion.

Ce sera également le début de l’influence communiste dans les villes de Roncq et d’Halluin qui connurent des municipalités rouges*.

* Maurice Demouveau : La scission du Parti socialiste à Lille-Roubaix-Tourcoing (1918-1921) Revue du Nord Année 1974 n°221

Imprimer
Ce contenu a été publié dans Politique, Tourcoing, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.