Max Gallo

Le 8 septembre 2001, Max gallo prononça un discours remarquable en guise d’introduction au meeting de lancement de la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement. Il me reste en mémoire comme un moment privilégié de rencontre avec cet homme et de renforcement de mes convictions républicaines dans la nécessité d’un tournant politique majeur.

C’était à Vincennes. Une foule inattendue avait envahi le modeste chapiteau prévu pour 5000 personnes ; nous étions bien plus. Nous découvrîmes à cette occasion, l’orateur brillant, le visionnaire qui plaça la candidature de Chevènement au plus haut niveau historique de la nécessité d’un profond changement de logiciel républicain tel que nous le connûmes avec De Gaulle : « Il faut qu’à certaines époques arrivent des hommes, des passeurs qui remettent notre nation au niveau de son histoire ». Le ton était donné à la campagne, le Pôle Républicain rassemblant ceux des deux rives mis en place…

Outre l’écrivain, c’est l’historien que l’on lit avec passion car au cœur de ses ouvrages c’est toute la force du roman national et l’indéfectible attachement à la France qui s’impose et nous arme.

Je retrouve dans son parcours politique, un peu de mon propre cheminement, celui de la passion de l’engagement politique, du débat d’idées, de la confrontation idéologique. Parti du communisme, son chemin comme le mien le conduisit à rejoindre le Mouvement des Citoyens dans le but devant l’échec de la gauche de renouveler le mouvement républicain et social en remettant au cœur la nation, le citoyen, la grandeur de la France.

Cette réponse idéologique n’allait pas de soi en 1993 mais a profondément influencé la décennie suivante et reste profondément d’actualité aujourd’hui.

C’est au sein des réunions du conseil national du MDC où j’écoutais attentivement sa grande voix évoquer à chaque fois le chemin à parcourir à force de références historiques, plaidant inlassablement pour une ligne républicaine, nationale, patriotique souvent face à une aile gauche socialisante prête au compromis.

Je me souviens de son départ d’une réunion du conseil national tenu dans les sous sols de l’assemblée nationale où il expliquait, face aux critiques dans le contexte de la construction d’un Pôle républicain, qu’il voulait conserver la liberté de dire « que Pasqua est un grand républicain ». Cette dernière réunion avec Vincennes restent deux moments historiques que je conserve en mémoire, deux tournants essentiels et exemplaires à mes yeux. On connait la suite…

Reste « l’instituteur national « comme l’a si bien dénommé Jean-Pierre Chevènement ; en ce sens ses biographies de De Gaulle et Napoléon restent deux points de repère tant dans la forme , attrayante et pédagogique, que sur le fond que les nécessités du débat actuel national et identitaire rendent indispensables à l’enseignement de l’histoire de France;

Je retiendrai deux de ses ouvrages, « Fier d’être français, Fayard 2006″ et « L’Âme de la France : Une histoire de la Nation des origines à nos jours, Fayard, 2007 » précieux outils entre nos mains dans le difficile débat sur la nation souveraine contre le communautarisme, le dénigrement patriotique, le multiculturalisme notamment pendant toutes ces années dans une ville comme Roubaix où l’on se sentait bien seul face aux socialistes opportunistes et aux chrétiens démocrate soumis de bon gré à des exigences contraires à la laïcité républicaine au nom du « vivre ensemble » qui n’est que lâcheté idéologique;.

Combien a-t-il marqué aussi les esprits curieux lors de sa participation à l’émission « l’esprit public » sur France Culture où le tenant d’un républicanisme souverain savait convaincre en s’appuyant sur l’histoire, les faits, les hommes et donner une vision universelle qui rendait l’intelligence du propos évidente et par conséquence nôtre.

Max Gallo est mort le 18 juillet 2017 à Cabris

Ce contenu a été publié dans Culture, Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *