Une élection législative partielle

Le maire de Tourcoing a démissionné de son mandat de député pour se consacrer à son nouveau poste de conseiller régional et sans doute, premier vice-président dans la nouvelle mouture du découpage régionale issue du cerveau fécond de François Hollande pour imiter les « Länder allemand ». Intéressant de voir un jeune homme politique renoncer à des fonctions politiques nationales au profit d’un emploi subalterne aux compétences limitées. C’est pour le moins révélateur de l’estime porté aux fonctions parmi les plus hautes de la république au profit d’un régionalisme si critiqué par les tenants de notre souveraineté nationale. C’est également une façon de refuser le combat des idées dans cette période d’incertitude citoyenne alors que la population lui avait confié ce rôle il y a quatre ans.

L’élection partielle dans la 10ème circonscription du Nord aura donc lieu dans une mobilisation de l’électorat quasi nulle.

Pourtant on y trouve tous les ingrédients du désarroi de la vie politique au travers du positionnement des formations politiques. Malgré la perspective d’un fort taux d’abstention, coutumier, hélas, dans le nord de la métropole lilloise, il est intéressant de voir le comportement des électeurs au moment de des grandes manifestations pour l’emploi, de l’affaire des migrants et autres signes insupportables du communautarisme ambiant.

La candidate du Front Nationale devrait logiquement se trouver en tête dans un secteur où Mme Le Pen a fait des scores plus qu’honorables. Cela serait une nouvelle leçon donné à « l’establisment », mais rien n’est moins sûr vu le désintérêt que je rencontre autour de moi

 

Ce contenu a été publié dans Politique, Tourcoing, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *